Quelques heures après sa 2e place lors de la seconde descente de Bormio, coïncidant avec son tout premier podium en Coupe du monde, Urs Kryenbühl n’était pas encore redescendu de son petit nuage. Jamais mieux classé que 21e en Coupe du monde avant ce week-end, il peinait encore à réaliser son exploit. “C’est un sentiment incroyable. J’ai vécu vraiment une semaine spéciale ici à Bormio, a lancé la surprise du jour. J’étais déjà heureux avec mon 13e rang hier (ndlr: vendredi) et là, je suis sur le podium. Je me sens vraiment chanceux.”

Un podium que le Schwytzois partage avec les deux monstres de la discipline: Dominik Paris et Beat Feuz. Deux hommes que le jeune skieur helvète admire. “C’est juste fou de me retrouver avec ces deux gars sur le podium. J’essaie d’apprendre d’eux tous les jours. Ils ont une faculté à être forts et constants course après course”, poursuit Urs Kryenbühl qui sera aussi dimanche au départ du combiné.

Beat Feuz: “Un véritable combat”

Le Schwytzois a créé une véritable sensation en s’immisçant dans la lutte que se livrent l’Italien et le Bernois, d’autant plus que les deux favoris n’ont aucunement calculé leurs efforts sur une Stelvio toujours aussi éreintante, comme l’avoue Beat Feuz. “La course était magnifique. Personnellement, je savais que Dominik Paris avait réalisé une grosse manche et se trouvait devant. J’ai alors pris tous les risques pour essayer de le déloger”, soufflait Feuz qui se montrait heureux d’être monté à deux reprises sur le podium à Bormio ce week-end. “Sur une piste aussi exigeante, c’est un super résultat, car ce n’est vraiment pas facile de skier ici. C’est un combat, les jambes brûlent sur la fin de parcours et on est à chaque fois heureux lorsque l’on franchit enfin la ligne d’arrivée.”

JT