Mine de rien, Gilles Roulin va laisser un grand vide. Depuis ses débuts en Coupe du monde en 2017, le très sympathique Zurichois était l’un des personnages de l’équipe de Suisse de vitesse. L’athlète aux origines fribourgeoises, âgé de 29 ans, va donc ranger ses lattes à la fin de la saison, à l’issue des Championnats de Suisse dont les courses de vitesse auront lieu la semaine prochaine à Davos.

Il s’estime fatigué par le Cirque blanc, surtout qu’il n’a jamais réellement réussi à percer au plus haut niveau. “Quand je prenais place dans le portillon de départ dernièrement, j’avais l’impression que les choses n’étaient plus comme avant et que je n’étais plus prêt à tout donner. J’ai donc dû me rendre à l’évidence qu’il était temps d’emprunter une autre voie”, a-t-il expliqué.

Gilles Roulin avait entamé sa carrière en Coupe du monde sur les chapeaux de roue. Dès sa première véritable saison sur le circuit, le skieur du club de Lenzerheide avait mis la barre très haute, en prenant notamment une incroyable 4e place lors de la descente de Val Gardena. Il avait ensuite enchaîné avec notamment une belle 14e place à Wengen et la 13e place du super-G de Kitzbühel en 2018. Las pour lui, la machine s’était ensuite grippée après le décès accidentel de Gian Luca Barandun, dont il était très proche.

Difficile de faire le pas en Coupe du monde

Depuis, Gilles Roulin peinait à retrouver 100% de sa confiance pour s’élancer sur les pistes les plus difficiles de la planète. Le Zurichois avait tout de même pris la 8e place tant de la descente de Bormio que de celle de Wengen lors de la saison 2022-2023. L’hiver dernier, il avait également pris le deuxième rang du classement de la Coupe d’Europe de super-G. D’ailleurs, en 2017, le souriant et francophile skieur avait également remporté le classement général au niveau continental.

En point d’orgue de sa belle carrière, Gilles Roulin a participé à la descente des Championnats du monde d’Åre en 2019 (36e) et à celle des Jeux olympiques de PyeongChang (33e), en plus du super-G en Corée du Sud (21e). La saison dernière, il n’avait pas obtenu son ticket à l’issue des entraînements à Courchevel.

“Je suis heureux de pouvoir terminer ma carrière avec un sentiment positif et le sourire et j’ai hâte de la suite en dehors du ski de compétition”, a déclaré le Zurichois. “J’ai de très bons souvenirs, je suis super heureux de ma carrière. Je pense que si on m’avait dit étant petit garçon ce que j’aurais pu vivre à travers mon sport, mes yeux se seraient illuminés”

LMO