La saison de Charlotte Chable connaît un vilain coup d’arrêt. Alors qu’elle s’apprêtait à enchaîner six courses de Coupe d’Europe en huit jours, censées lui redonner de la confiance, la skieuse de Villars a été sèchement interrompue par une crise d’appendicite. Rapidement prise en charge, elle a pu être opérée lundi à Zurich et est déjà de retour chez elle.

“J’ai ressenti des premières crampes au ventre dans la nuit de samedi à dimanche, raconte-t-elle. Mais j’ai tout de même pu participer à la course dimanche.” Grâce à l’adrénaline, Charlotte Chable a donc pris part au géant de Folgaria (ITA), épreuve dont elle a pris la 28e place. Après s’être entretenue avec la physio de l’équipe de Suisse et avoir pris des médicaments pour la digestion, elle a finalement décidé de se rendre aux urgences, tous les symptômes de l’appendicite étant réunis. Elle a attendu de longues heures avant d’être prise en charge dans l’hôpital italien, où le diagnostic a été confirmé.

De retour avant la fin de la saison

Il a été décidé de faire l’opération en Suisse, à Zurich, par le médecin de l’équipe. Celle-ci a été effectuée juste à temps lundi matin. “Je ne sais pas encore exactement combien de temps je vais devoir me reposer, poursuit la Vaudoise de 25 ans. Mais je dois au moins attendre une semaine ou dix jours sans chausser les skis.” Pas de fin de saison anticipée donc. “Je vais reskier cet hiver, c’est sûr, se réjouit-elle. Je compte bien participer aux Championnats suisses et j’espère même prendre part aux finales de Coupe d’Europe (du 20 au 22 mars à Reiteralm).

Reprendre la compétition sera un bon moyen pour la Villardoue de retrouver un petit peu de confiance après une saison galère. “C’est un hiver très compliqué”, concède celle qui n’a pu grignoter qu’un point en Coupe du monde, lors du slalom parallèle de Saint-Moritz en décembre. “J’était rapide en début de saison, à Killington et Lienz notamment, mais je n’ai pas réussi à concrétiser avec de bons résultats, rappelle-t-elle. Ensuite, j’ai continué à cogiter et ce n’est jamais bon. En plus, j’ai enchaîné les courses de Coupe du monde sans avoir l’occasion de revenir en Coupe d’Europe – dont le programme ne prévoyait pas de course – pour reprendre le confiance.”

La 15e du slalom des Mondiaux de Vail en 2015 regrette d’autant plus cette appendicite. “Je me réjouissais particulièrement de la semaine à venir lors de laquelle des géants étaient au programme, rappelle-t-elle, fataliste. Mais c’est comme ça, de toute façon ma saison est foutue.” Désormais, elle va tenter de se soigner au mieux avant de faire le point au printemps avec ses entraîneurs pour la suite.

Laurent Morel/JT