Elles ont toutes terminé dans le Top 12 du classement général de la Coupe du monde l’hiver passé. Wendy Holdener (2e), devenue la principale rivale de Mikaela Shiffrin, compte bien se rapprocher encore de la grande dominatrice des deux dernières saisons. Michelle Gisin (7e), s’alignera pour sa part sur l’ensemble des courses (excepté les parallèles) afin de se rapprocher de l’Américaine. Enfin, Lara Gut (12e) espère reprendre son bien, à savoir le Globe de cristal décroché en 2016. La blessure au genou gauche contractée par la Tessinoise en février 2017 n’est désormais plus qu’un lointain souvenir.

Wendy Holdener ne croit pas au Globe

Tout comme les épreuves de vitesse, le géant pourrait être la clé pour Wendy Holdener. “J’ai beaucoup travaillé pour intégrer le Gotha mondial dans la discipline, avoue la skieuse d’Unteriberg, qui s’élancera dans le premier groupe samedi à Sölden si la course a lieu. Ce qui est sûr, c’est que je suis contente que la Coupe du monde soit de retour.” La Schwytzoise avait terminé la saison 2017/2018 éreintée, mais “connaît son corps, avec l’expérience”.

Cet hiver, Wendy Holdener s’alignera sur la plupart des courses. Il faut dire qu’en fin d’hiver dernier, elle a surpris tous les observateurs en brillant notamment en super-G à Crans-Montana (3e). Si elle ne fera pas le voyage de Lake Louise, elle compte bien profiter de sa nouvelle polyvalence comme une force pour combler son retard sur Mikaela Shiffrin. “Je serai présente sur quasiment tous les super-G et sur plusieurs descentes”, confirme la skieuse de 25 ans.

De quoi viser le gros Globe de cristal? “Non, ce n’est pas encore réellement un objectif, sourit-elle poliment. J’étais déjà surprise de terminer 2e du général l’hiver dernier. Je ne peux pas prévoir d’être assez régulière sur l’ensemble des courses, ça ne serait pas réaliste.” Pourtant, la Coupe du monde occupera une place prépondérante dans sa saison, malgré les Mondiaux d’Are où elle défendra son titre en combiné: “C’était tellement important de briller à Saint-Moritz en 2017 puis l’an passé aux Jeux olympiques que désormais les grands championnats ne sont peut-être plus si importants. Ça reste un objectif, mais ça n’est pas forcément le seul.”

Autre but pour Wendy Holdener cet hiver, gagner enfin un slalom. “Il faudra que je skie très vite sur deux manches d’affilée”, rigole la triple médaillée olympique qui espère enfin battre Mikaela Shiffrin. Si elle est certainement la meilleure skieuse helvétique du moment, elle ne considère pas comme la star de l’équipe: “Chacune des skieuses a ses propres points forts. On a une très bonne homogénéité. Il n’y a pas de ‘star’ ou de ‘chef’.”

Michelle Gisin, la polyvalence comme atout

Les dernières semaines se sont très bien passées pour Michelle Gisin, qui espère franchir un cap en géant dès Sölden. “J’adore cette discipline, souligne l’Obwaldienne, qui aura à nouveau un calendrier très chargé cet hiver. Je me suis beaucoup entraînée en géant et j’espère aussi pouvoir le montrer en compétition. C’est aussi la clé pour le super-G.” Si la championne olympique du combiné veut ajouter une corde à son arc, c’est aussi pour viser plus haut au classement général de la Coupe du monde. “Bien sûr que j’espère faire mieux que l’an passé, sourit-elle. Le podium? Oui, j’en rêve. Après, pour être devant dans toutes les disciplines, il y a une part de chance. Il faut également rester en bonne santé.” Ce qui ne sera pas simple pour la soeur de Dominique, qui aura une nouvelle fois un calendrier chargé: “J’adore courir, être sur le circuit de Coupe du monde, aller d’une station à l’autre. C’est plus agréable pour moi que de m’entraîner alors je ne crains pas le nombre de courses. C’est un sacré challenge, mais je suis prête à le relever. Il n’y a que les épreuves parallèles qui ne m’intéressent pas.”

L’athlète de 24 ans espère pouvoir glisser dans les traces de ses prestigieux et polyvalents modèles: Bode Miller, Lindsey Vonn, Maria Riesch et Tina Maze. Ce qu’il faut pour battre Mikaela Shiffrin du côté de Michelle Gisin? “Je vous répondrai lorsque j’aurai trouvé la solution, rigole la souriante et motivée skieuse d’Engelberg. Ce qui est certain, c’est qu’il faudra briller dans toutes les disciplines. Je devrai être au top en vitesse, prendre beaucoup de points mais également réussir d’excellents résultats en géant et en slalom.”

Lara Gut doit “skier plus vite”

Quels objectifs du côté de Lara Gut? “Le Globe, c’est au mois de mars, les Mondiaux au mois de février mais là, on n’est qu’au mois d’août (sic). Du coup, mon but est simplement de m’améliorer chaque jour, de faire un pas à la fois.” La solution pour battre Mikaela Shiffrin? “Il faut simplement skier plus vite qu’elle.”

“J’ai eu de bonnes sensations en Amérique du Sud (ndlr: lors de la préparation estivale), relève encore l’épouse de Valon Behrami. Il me reste encore du travail et je ne suis pas à 100%, mais je me rapproche de mon meilleur niveau.” En attendant, la bombe de Comano s’apprête à vivre “l’enfer” sur la technique piste du glacier du Rettenbach. “Lorsqu’il fait mauvais temps (ce qui est annoncé), ce tracé est extrêmement compliqué”, rappelle-t-elle.

Une dream team helvétique?

La Suisse est certainement la nation la mieux armée pour détrôner Mikaela Shiffrin. Pourtant, Lara Gut et Wendy Holdener insistent sur le fait que le ski alpin est un sport individuel. “Ce n’est pas comme en Formule 1 par exemple où il y a des équipes, détaille la Tessinoise. On ne peut pas contrôler les autres athlètes, il faut simplement skier plus vite.”

Wendy Holdener approuve. “Cela ne change pas grand-chose de savoir dans quelle équipe on est, tu cours seule, pour toi, explique la Schwytzoise. Après, c’est vrai qu’avec moi en slalom, Lara et Michelle en vitesse, on est plutôt bien pourvues en Suisse.” Pas d’esprit d’équipe chez Swiss-Ski donc? “Lara ne s’entraîne pas avec nous, rappelle la meilleure skieuse helvétique actuelle. Cependant, elle s’intègre bien lorsqu’elle est avec nous. Ça fonctionne bien mieux qu’il y a 4 ou 5 ans.”

“J’espère qu’on parviendra à rendre la vie difficile à l’Américaine, précise pour sa part Michelle Gisin. On a beaucoup de talent en Suisse et je suis très contente de pouvoir partager mes séances d’entraînement avec des filles très intéressantes, même les jeunes qui disputent la Coupe d’Europe.”

Première réponse dès samedi avec le géant de Sölden, s’il a lieu.

Nos pronostics

Géant, samedi, selon Johan Tachet
1. Mikaela Shiffrin
2. Federica Brignone
3. Tessa Worley
★ Wendy Holdener

Géant, samedi, selon Laurent Morel
1. Mikaela Shiffrin
2. Tessa Worley
3. Viktoria Rebensburg
★ Michelle Gisin

Laurent Morel, Sölden